Les écoles du théLes 3 Écoles,

C'est durant 3 des grandes dynasties chinoises, celle des Tang, des Song puis des Ming, que l'on a pu distinguer 3 grandes écoles différentes sur la consommation du thé.

La dynastie des Tang

Le thé été donc consommé principalement dans un but médicinal. C’est seulement à partir de la dynastie des Tang (618-907) que le thé évolue vers un usage bien plus populaire et devient alors une boisson quotidienne.

    On est alors dans ce que l’on nomme maintenant la première école. Les maisons de thé apparaissent et le thé devient même source d’inspiration artistique. En effet, peintres, potiers et poètes créent un univers sophistiqué et très symbolique autour du thé.

Thé Compressé

    Le thé est alors consommé sous forme de briques compressées, faites en broyant des feuilles de thé avec de l’eau pour en obtenir une pâte, qui était séchée ensuite au-dessus d’un feu de bois. Puis, elle était tassée dans des moules. On les réduisait en poudre et les mélangeait à l’eau bouillante. On y rajoute pour plus de diversité et de goût : sel, épices, beurre rance… De nos jours, au Tibet, le thé est encore consommé ainsi.

    Pendant cette longue dynastie, deux auteurs chinois se passionnèrent pour le thé : Lu Yu et Lu Tung.

 

Lu Yu ou "Dieu du Thé"

    Lu Yu (733-804), adopté par un moine bouddhiste, doué pour la calligraphie et le théâtre, publia un traité paru en français sous le titre Classique du thé. Ce fut la première fois que quelqu'un prit un intérêt à répertorier les différentes plantations, les procédés de fabrication, cérémonials, etc. ...

 

Lu Yung ou "Fou du thé"

Vivant à la fin du VIII , dans la province de Hunan conjugué quant à lui avec passion et obsession l'art du thé et de la poésie. On lui doit un splendide Chant du thé d'inspiration taoïste dont un extrait est :

 

' Le premier bol humecte onctueusement mes lèvres et ma gorge.

Le deuxième bannit toute ma solitude.

Le troisième dissipe la lourdeur de mon esprit,

Affinant l'inspiration acquise par tous les livres que j'ai lus.

Le quatrième produit une légère transpiration,

Dispersant par mes pores les afflictions de toute une vie.

Le cinquième purifie tous les éléments de mon être.

Le sixième m'inscrit dans la race des immortels.

Le septième est le dernier... je ne puis boire davantage.

Une brise légère sort de mes aisselles.'

 

La dynastie des Song :

Sous la dynastie des Song (960-1279) apparaît une deuxième école qui hisse le thé en tant que boisson spirituelle et poétique. Ceci est, entre autres, montré à travers l’importance que prennent les cérémonies et les règles de préparation.

Thé en poudreLes thés consommés sont alors plus raffinés et les céramiques deviennent un objet d’art incontournable pour boire ce nectar. On voit arriver la consommation de thés pulvérisés à la meule pour en obtenir une fine poudre qui sera ensuite battue en mousse avec un fouet en bambou. En marge de ce rite, on voit également l’apparition de vente en vrac, et les ventes dans les rues.

 

La dynastie des Ming :

bol de thé en terreLa troisième école apparaît quant à elle sous la dynastie des Ming (1368-1644). Un décret impérial stoppe la fabrication du thé compressé et demande de consommer le thé en feuille. Bien entendu, cette nouvelle façon de consommer le thé implique un changement d’accessoires : on voit alors l’apparition de la théière et des services en terre. Un vrai essor économique se créé avec la démocratisation du thé. 

 

    Mais pendant tout ce temps, LA ROUE DU THÉ vers d'autres pays avait lieu...